Hub des Savoirs

Accueil / Centre de ressources / Rapport continental du coût de la faim en Afrique (COHA)

Rapport continental du coût de la faim en Afrique (COHA)

L’incidence sociale et économique de la sous-nutrition chez l’enfant
Union Africaine
COHA
Programme Alimentaire Mondiale

7 juin 2022

L’étude sur le Coût de la faim (COHA) est une initiative dirigée par la Commission de l’Union africaine (CUA), sous l’égide du département Santé, Affaires humanitaires et Développement social, dans les États membres de l’Union africaine. L’étude a été menée dans le cadre de la Stratégie régionale africaine pour la nutrition (2005-2015) et de la Stratégie régionale africaine révisée pour la nutrition (2015-2025). Depuis son lancement en 2010, l’approbation par les ministres des Finances, de la Planification et du Développement économique en 2012 (Résolution 898), et l’appel des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine en 2014 (Assembly/AU//Decl.4(XXIII), pour une réalisation réussie de l’étude, y compris une large diffusion des résultats aux niveaux national et régional, l’étude a été réalisée par vingt-et-un (21) États membres (au-delà des quatre (4) États membres pilotes initiaux).
Le rapport continental sur le coût de la faim en Afrique rassemble les conclusions et les recommandations des vingt-et-un (21) États membres de l’UA qui ont jusqu’à présent réalisé l’étude (Burkina Faso, Égypte, Eswatini, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée Bissau, Kenya, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Soudan, Tchad et Zimbabwe). Il souligne les effets négatifs significatifs des enfants sous-alimentés sur la santé, les performances scolaires et la productivité du travail, afin de donner l’occasion aux États membres qui n’ont pas réalisé l’étude d’accéder à l’information et de l’utiliser pour l’apprentissage, le plaidoyer, le développement de politiques et de stratégies pour des interventions spécifiques et sensibles à la nutrition.
L’étude fournit les éléments nécessaires au plaidoyer et au positionnement en matière de nutrition, en tant que priorité clé à prendre en compte par les décideurs politiques aux niveaux national, régional et continental. Les résultats ont également été déterminants pour souligner l’importance de l’action et de la coordination multisectorielles dans la mise en œuvre des programmes et initiatives de nutrition à tous les niveaux, affirmant que l’élimination de la sous-nutrition ne peut être combattue par un seul acteur, mais en unissant les forces et en élaborant des stratégies pour des actions multisectorielles intégrées et concertées.

Téléchargez la page au format PDF